News du blog

Pourquoi les petits sumos doivent perdre contre les gros ?

L’été dernier, j’ai passé une partie de mon après-midi à regarder la télé et plus particulièrement à admirer les combats se succédant à l’occasion d’un tournoi de sumos. Le sumo est une discipline assez particulière, un peu aride pour moi.

Ces grosses masses de graisse qui s’affrontent en se tirant sur un slip qui leur rentre dans les fesses… Franchement, mon intérêt pour ce genre de choses était… comment dire… limité ?

Mais ce jour-là, j’étais absolument fasciné car j’ai découvert la technicité de la discipline et aussi l’état d’esprit particulier qui y règne. Quelques temps après, je me suis lancé à corps perdu dans des recherches pour connaître l’histoire de cette discipline, découvrir des techniques. J’ai regardé des heures entières de matchs et tout cela pour trouver la matière pour écrire une nouvelle…

Oui, bon… Elle n’est toujours pas prête… Elle en est au début… Ca va !

J’ai donc cherché et j’ai trouvé plein de choses intéressantes au cours de mes recherches.

Entre autre, j’ai réalisé que les combats peuvent parfois opposer des sumos de 80 kg contre des mastodontes de 120kg ! Et là, d’un seul coup, mon horizon s’est ouvert. Il est humain pour chacun d’entre nous de se sentir un jour découragé par le poids ou la crainte de l’échec.

Nous avons tous nos complexes, nos raisons de penser qu’on ne pourra pas y arriver. Nous ne réagissons pas tous de la même manière face à cela. Il y a ceux qui se renferment sur eux, deviennent agressifs quand on leur parle parce qu’ils ne s’aiment plus et pensent que les autres ne pensent pas autrement. Il y a ceux qui n’osent rien dire, rien exprimer parce qu’ils ont peur. Ceux qui se façonnent une vie à peu près normale en oubliant que cela a nécessité de rester accroché au passé. Et puis il y a celles et ceux qui ont l’air d’aller bien, de se sentir bien dans leurs peaux mais qui tentent surtout de faire bonne figure parce que leur vie se résume à procrastiner sur Candy Crush dans les transports en commun.

Tout cela est bien sûr une vision caricaturale des choses. Mais enfin la constante est que nous ne sommes jamais seuls à ressentir le poids des difficultés de la vie.

Et donc le sumo m’a tout simplement rappelé que les échecs de nos vies ne sont pas une fatalité et que ce qui semble perdu d’avance ne l’est peut-être pas.

Vous avez peut-être entendu parler de Nick Vujicic ? Cet homme sans jambes et sans tronc aurait pu sombrer dans la déprime, vouloir rapidement mettre un terme à une existence qui semblerait à bien d’autres tellement insupportable… Mais lui, il anime des conférences pour expliquer comment il a su surmonter ses difficultés et positiver malgré tout. Ses prises de parole sont une leçon de vie incroyable.

 

La discipline sumo offre elle aussi des exemples de ceux qui luttent contre des circonstances qui leur paraissent défavorables.

pavel   mainoumi

Le sumo russe Takanoyama Syuntaro (à gauche), le japonais Mainoumi Shuhei (à droite) sont des exemples de sumo de petite taille qui ont été amenés à affronter des adversaires beaucoup plus forts, beaucoup plus grands qu’eux. Une simple claque à Mainoumi aurait suffi pour le sortir du tatami. Hop ! PLus de Mainoumi ! 

Chacun s’en est sorti en comprenant que le sumo est une discipline nécessitant beaucoup de sang-froid et d’agilité. Ils ont développé un arsenal créatif de mouvements qui leur permettaient de désarçonner leurs adversaires, les déséquilibrer et… finalement, les faire tomber ou les sortir.

Réussir des combats n’est pas allé sans de nombreux échecs et parfois ce fut sans doute dangereux. En plus, on ne va pas se raconter d’histoires : celui de gauche n’a pas pu atteindre un grand rang précisément en raison de son faible poids, son incapacité à grossir. Et puis peut-être n’était-il pas assez créatif. Celui de gauche s’en est mieux sorti.

Ces deux personnes offrent en exemples des destinées particulièrement intéressantes. Suivre leurs évolutions, leurs combats, l’histoire de leurs vies, c’est suivre une bataille épique pour tenter d’y arriver, de monter,de progresser avec de la rage. C’est hautement inspirant et cela permet de se dire que rien n’est jamais perdu.

La plus belle histoire, ce n’est pas une intrigue hyper ficelée. La plus belle histoire, c’est finalement celle du défi que l’on a réussi à relever, de l’obstacle dont on a triomphé pour s’en sortir ou pour avancer.

Parce qu’on est toujours forcé d’avancer et que l’histoire ne retient pas les faibles qui s’effondrent.

Parce qu’il n’y a pas le choix.

Mais aussi pour soi. Parce que celui qui applaudira le plus fort de vos succès, c’est vous.

Publicités
L'art m'influence !

Mes lectures du jour

Hello,

J’ai lu et commenté les nouvelles ci-dessous. J’espère que cela pourra aider leurs auteurs mais aussi les autres personnes qui viendront lire. N’hésitez pas si cela vous intéresse de voir quels conseils j’ai donnés.

« En sursis » : Une courte échappée lyrique sur un pont, entre désespoir et regain amoureux. J’ai conseillé d’étoffer un peu la personnalité du narrateur pour que l’on comprenne mieux les émotions fortes qu’il va ressentir.

« Le chant de Rudy » : ou la lecture d’une étrange poésie ! J’aime bien le concept de cette histoire mais j’ai donné quelques conseils pour donner un fil conducteur qui permette de mieux plonger dans la peur du héros.

« Mon pire cauchemar » : Un très court texte sur le héros d’un roman ! Concept intéressant, j’ai donné quelques conseils à l’auteur pour pouvoir écrire le texte. Car là, c’est plus une introduction qu’autre chose.

« Pandémie » : Jolie nouvelle sur une société devenant de plus en plus homogène. L’approche est intéressante et porteuse. Je n’ai pas spécialement trouvé de conseil à donner.

 

 

News du blog

Sumo – Le héros de ma nouvelle prend forme

Cher lecteur,

Je n’ai pas commencé à écrire ma nouvelle sur les sumos. Tout simplement parce que je ne « ressens » pas encore le personnage principal de mon histoire.

A la base, mon héros était un sumo qui devait s’entraîner dur pour vaincre un autre sumo. Sauf qu’en prenant ma plume, je me suis rendu compte que cela ne m’intéresse pas de raconter la progression technique d’un rishiki. Mon héros n’est pas comparable à Rocky Balboa qui affronte des ennemis puissants et doit s’entraîner dur pour les vaincre.

Mon héros sumo devra entreprendre tout un parcours individuel pour comprendre pourquoi les autres perdent, et lui aussi. Il devra mener un parcours de réflexion et pour cela, il aura besoin des autres pour apprendre. Je veux un personnage vivant qui connaîtra des moments de progression, de doute, des échecs…

Fort de ce constat, je me dis que je dois lui construire tout un environnement à huis clos fait de personnages qui évolueront à ses côtés et l’aideront à progresser. C’est une vraie différence avec ce que j’ai écrit jusqu’ici où les personnages secondaires devaient mettre en avant le héros ou son ennemi. Ici, ils joueront un rôle, auront une histoire, une psychologie, des buts propres. Simplement, leurs destins croisera celui de mon héros !

Allez, je lâche mon clavier et continue de réfléchir.

J'écris : mes nouvelles, sketchs...·Uncategorized

Ce que vous dites me touche – 5è partie

1ère partie2è partie3è partie4è partie5è partie

– Ouais ! Vous pouvez parler, éructe Mickaël. Vos créatures ont décimé nos amis. Même Loïc !

– Et bien, tuez-moi, si vous l’osez ? Vengez vos amis.

– Non, réplique Mickaël d’une voix basse, je ne le peux pas. Vous sortez toujours vainqueur.

– Je peux peut-être vous aider. Et si vous vous en preniez à mes créatures ?

– Quoi ?

Lire la suite « Ce que vous dites me touche – 5è partie »

J'écris : mes nouvelles, sketchs...·Uncategorized

Ce que vous dites me touche – 4è partie

1ère partie2è partie3è partie4è partie5è partie

*

Encore raté ! Comment un portail rouillé et branlant peut-il empêcher un groupe de jeunes gens de sortir ? Il suffirait de saisir la porte et de l’ouvrir, non ? Mais voilà, personne n’a eu ce courage. Tout le monde a essayé et en a été empêché. Empêtrés dans la résignation, harassés par une fatigue morale qui rend toute action difficile et de toute façon vaine.

Alors, ils sont tous rentrés, penauds, ont emprunté les escaliers pour voir Denise. Loïc entre le premier dans sa chambre et en ressort immédiatement, en vomissant ! Quoi ? Que s’est-il passé ? Qu’est-il arrivé à Denise ? Une cohue terrible se forme dans la chambre qui ne peut réprimer un cri d’horreur.

Lire la suite « Ce que vous dites me touche – 4è partie »

J'écris : mes nouvelles, sketchs...·Uncategorized

Ce que vous dites me touche – 3è partie

1ère partie2è partie3è partie4è partie5è partie

*

– Quelqu’un a des nouvelles de Jim ? Non ? Personne ? Jim, tu es en bas ? Réponds-nous !

Tout le monde s’est retrouvé dans le hall de la maison. Denise est traversée par une anxiété croissante, Loïc a fait chou blanc. L’ambiance est tendue. C’est un échec collectif puisque tous ignorent où M. Johnson se cache. Même Mickaël a changé d’attitude. Sa désinvolture a laissé la place à une certaine nervosité. Qui plus est, son ami Jim est le seul à ne pas avoir rejoint les autres. Oh, il a peut-être tout simplement eu plus de chance qu’eux. Peut-être que le sous-sol sert de cachette au vieillard ? Peut-être qu’ils s’y sont retrouvés ?

Lire la suite « Ce que vous dites me touche – 3è partie »

J'écris : mes nouvelles, sketchs...·Uncategorized

Ce que vous dites me touche – 2è partie

1ère partie2è partie3è partie4è partie5è partie

Le lendemain, chacun et chacune se réveillent, résolus à visiter les lieux. Au rez de chaussée, un feu crépite qui a suffi pour réchauffer de la pièce. Le froid de la veille fait désormais place à une chaleur qui réconforterait si elle ne détonnait pas avec l’atmosphère mystérieuse des lieux.

Il y a ici un secret que l’on veut percer. Tandis que les autres négocient, se répartissent la maison par secteur, Jim a immédiatement choisi de franchir la fameuse porte secrète, de traverser l’escalier souterrain. Est-ce une si bonne idée ? Est-ce prudent d’y entrer seul ?

– Ca ira, rassure-t-il les autres après son annonce.

Personne n’aurait voulu y aller mais tous se soucient sincèrement de lui.

Lire la suite « Ce que vous dites me touche – 2è partie »

J'écris : mes nouvelles, sketchs...·Uncategorized

Ce que vous dites me touche – avril 2017

1ère partie2è partie3è partie4è partie5è partie

« C’est donc entendu ! Nous passerons la semaine à la Villa du Trouble. Son propriétaire nous accueillera le jour même. »

Mickaël clôt ainsi la séance avec enthousiasme. Ses beaux yeux bleus dégagent une telle intensité que personne, autour de la table, n’ose le contredire. Il faut dire que sa silhouette carrée d’ancien joueur de rugby force le respect !

Lire la suite « Ce que vous dites me touche – avril 2017 »

J'écris : mes nouvelles, sketchs...

Saga MP3 – Ce que vous dites me touche – 2017

« Ce que vous dites me touche » est à l’origine une nouvelle d’épouvante écrite début 2017 puis adaptée au format d’une saga MP3, grâce à l’implication de beaucoup d’acteurs. ELle relate les terribles mésaventures d’un groupe de jeunes gens en quête de sensations fortes dans un manoir maudit.

 

Un casting de rêve :

Le narrateur : –> Joué par Ultrartemium

Denise : –> Joué par Istria
Véronique : –> Joué par Tamica
Mickaël: joué par Sekras
Loïc : Joué par Khelian
Eleonore : Joué par Ranne Madsen
Jim : –> Joué par Gihellcy
L’amour maudit de M. Johnson : Joué par Ranne Madsen
Les crânes –> joués par Sekras
Harry : –> Joué par Lorendil
Monsieur Johnson : –> Joué par Sekras
Les élèves : –> Joué par Lorendil

 

 

Découvrez la saga sur Soundcloud :

Première Partie

Deuxième partie

Troisième partie

Quatrième partie

Cinquième partie

 

Lire la suite « Saga MP3 – Ce que vous dites me touche – 2017 »

News du blog

Un projet en cours sur le thème des livres

Cela fait un an environ que je projette d’écrire sur le thème de la passion pour la lecture. Notre façon de chercher, de lire des livres a beaucoup évolué dans le temps avec l’arrivée des nouvelles technologies, le développement d’une offre absolument pléthoriques de livres.

Le point de départ de ma nouvelle, c’est donc une manière un peu différente de chercher ses lectures qui consiste à aller chiner dans des brocantes, des antiquaires, des vides-greniers pour trouver de nouvelles lectures intéressantes. Je ne vous en dis pas plus, attendez de voir ce que mon imagination débridée fera de ce sujet !